René-François SULLY PRUDHOMME « Pensée perdue »

René-François SULLY PRUDHOMME

Стихотворение французского поэта, первого лауреата Нобелевской премии по литературе Сюлли Прюдома (настоящее имя Рене Франсуа Арман Прюдом) на французском языке с переводом на русский язык. Pensée perdue Elle est si douce, la pensée, Qu’il faut, pour en sentir l’attrait, D’une vision commencée S’éveiller tout à coup distrait. Le coeur dépouillé la réclame ; Il ne la fait point revenir, Et cependant elle est dans l’âme, Et l’on mourrait pour la finir. A quoi pensais-je tout à l’heure ? A quel beau songe évanoui Dois-je les larmes que je pleure ? Il m’a laissé tout ébloui. Et ce bonheur d’une seconde, … Читать далее →

Max Elskamp — Huit chansons reverdies dont quatre pleurent et quatre rient

Max Elskamp

Рада познакомить посетителей, читателей, друзей сайта с творчеством бельгийского поэта-символиста Макса Эльскампа (1862-1931), писавшего на французском языке, малоизвестного и малопереводимого в России. Выражаю свою глубокую благодарность Геннадию Петровичу Тинякову, предоставившему свои переводы для публикаций на страницах Tania Soleil Journal.                                 Цикл стихотворений бельгийского поэта Макса Эльскампа «Восемь песен изначальных, четыре бодрых, четыре печальных». Часть 1 Le matin Et la première est d’un matin Dit tout en bleu, dit tout en blanc, Et la première est d’un matin Ici pour le commencement, De paix d’abord, cloches … Читать далее →

Max Elskamp — Huit chansons reverdies dont quatre pleurent et quatre rient

Макс Эльскамп

Цикл стихотворений бельгийского поэта Макса Эльскампа «Восемь песен изначальных, четыре бодрых, четыре печальных». Часть 2 La femme Mais maintenant vient une femme, Et lors voici qu’on va aimer, Mais maintenant vient une femme Et lors voici qu’on va pleurer, Et puis qu’on va tout lui donner De sa maison et de son âme, Et puis qu’on va tout lui donner Et lors après qu’on va pleurer Car à présent vient une femme, Avec ses lèvres pour aimer, Car à présent vient une femme Avec sa chair tout en beauté, Et des robes pour la montrer Sur des balcons, sur des … Читать далее →

Émile VERHAEREN « Les hôtes »

Стихотворение франкоязычного бельгийского поэта и драматурга Эмиля Верхарна «Гости» на французском языке и в переводе Максимилиана Волошина на русский язык. Décembre Les hôtes — Ouvrez, les gens, ouvrez la porte, je frappe au seuil et à l’auvent, ouvrez, les gens, je suis le vent qui s’habille de feuilles mortes. — Entrez, monsieur, entrez le vent, voici pour vous la cheminée et sa niche badigeonnée ; entrez chez nous, monsieur le vent. — Ouvrez, les gens, je suis la pluie, je suis la veuve en robe grise dont la trame s’indéfinise, dans un brouillard couleur de suie. — Entrez, la veuve, … Читать далее →

Georges Brassens « Supplique pour être enterré à la plage de Sète »

Georges Brassens

Supplique pour être enterré à la plage de Sète «La Camarde qui ne m’a jamais pardonné, D’avoir semé des fleurs dans les trous de son nez, Me poursuit d’un zèle imbécile. Alors, cerné de près par les enterrements, J’ai cru bon de remettre à jour mon testament, De me payer un codicille. Trempe dans l’encre bleue du Golfe du Lion, Trempe, trempe ta plume, ô mon vieux tabellion, Et de ta plus belle écriture, Note ce qu’il faudrait qu’il advint de mon corps, Lorsque mon âme et lui ne seront plus d’accord, Que sur un seul point : la rupture. … Читать далее →

Charles BAUDELAIRE « L’ennemi »

carlos schwabe la mort du fossoyeur

Стихотворение Шарля Бодлера «Враг» из сборника «Цветы зла» на французском языке и в пяти переводах на русский язык. L’ennemi Ma jeunesse ne fut qu’un ténébreux orage, Traversé çà et là par de brillants soleils ; Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage, Qu’il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils. Voilà que j’ai touché l’automne des idées, Et qu’il faut employer la pelle et les râteaux Pour rassembler à neuf les terres inondées, Où l’eau creuse des trous grands comme des tombeaux. Et qui sait si les fleurs nouvelles que je rêve Trouveront dans ce … Читать далее →